Rapport d’activités 2016-2017

Version PDF

Pour l’année scolaire 2016 – 2017, 49 Codeuses-interprètes se sont réparties le travail pour 144 bénéficiaires. Cinq auxiliaires ont dû être engagées pour faire face à la demande.

Nous sommes appelées à couvrir les cantons de Genève, Vaud, Fribourg, Valais, Neuchâtel, Jura et Berne.
Le nombre de codeuses ayant diminué cette année, certaines ont dû accepter plus de bénéficiaires, avec souvent de grandes distances à couvrir. Nous sommes donc ravies qu’une nouvelle formation de codeuses-interprètes ait commencé en juillet 2016 sous la houlette de Mme Carmen Amoroso.

Les codeuses ne se contentent pas seulement de travailler en classe mais elles organisent et / ou participent à différentes activités pour promouvoir le LPC.
Ainsi au printemps 2016, dans le cadre du projet Medsigne, deux codeuses, Mmes Chevalier et Chevallay, accompagnées par Mme Clouet, responsable du SAI à Genève, ont présenté le LPC aux futurs étudiants en médecine, santé et sciences pharmaceutiques. Cette soirée comprenait une présentation de la fondation a capella et de la LPC, ainsi qu’un temps de pratique du code LPC. En dépit du peu de temps imparti, ces étudiants motivés ont découvert l’ensemble des configurations du code LPC. Face à ce rythme marathonien, ils ont proposé que l’édition 2017 s’effectue en deux séances, en amont d’un week-end de formation à Villars afin que celles et ceux qui souhaiteraient approfondir leur pratique du LPC puisse y participer.

Le projet Medsigne a pour but de former des étudiants en santé de Genève, aux bases de la Langue des Signes Française et de la Langue Parlée Complétée en milieu médical et de les sensibiliser à la problématique de la surdité, afin de faciliter leur future communication avec des personnes malentendantes.

Nous avons également deux codeuses qui se sont investies dans l’organisation des groupes de code à Villars. Après deux années avec le comité vaudois, Mme Isabelle Langer Bossi a cédé sa place l’automne dernier à Mme Marlène Pochon. Plusieurs d’entre nous, se sont mobilisées pour offrir de leur temps durant ces week-ends riches en échanges.

En juillet dernier, Mme Caroline Avert a participé à l’organisation d’une semaine de code à Charmey, proposée par l’ALPC. La semaine ensoleillée et chaude, a permis des activités en plein air et des soirées prolongées. En plus des nombreuses heures consacrées à la pratique du LPC, des animations mises en espace et en images par Guillaume Reymond, NOTsoNOISY, ont été réalisées. Grâce à son travail, tout le monde a pu participer à l’élaboration de petits courts métrages, animations et productions d’images qui ont été mises sous formes de cartes postales. Semaine riche et joyeuse durant laquelle des discussions ont pu se faire sous le regard bienveillant de Mme Corinne Béran, psychologue, qui a une grande connaissance de la surdité.

Pour la troisième année consécutive, Mmes Wasmer, Chevalier et Chevallay, ont organisé avec Mme Clouet du SAI, une journée de rencontre et d’échanges entre parents, enfants et professionnels de la surdité à Bernex (GE). Cette rencontre portait essentiellement sur la découverte de la phonétique anglaise et l’apport du Cued Speech (code anglais) pour nos bénéficiaires.

Cinq familles ainsi que plusieurs enseignants étaient présents.
Le témoignage d’une de nos jeunes bénéficiaires et de son enseignante d’anglais a été un moment très apprécié.
La journée s’est terminée par une table ronde animée par Mme Fangous, logopédiste à Genève, sur le thème « Comment enrichir et expliquer le vocabulaire à votre enfant? ».
L’idée de ce projet qui a vu le jour en 2014, est de favoriser dans un cadre plus intimiste que Villars, les rencontres entre parents d’enfants malentendants, de permettre aux enfants de côtoyer, l’espace d’un après-midi ou d’une journée, d’autres enfants dans la même situation qu’eux et de favoriser les échanges autour de diverses thématiques avec des professionnels ou des enseignants en lien avec la surdité.
Notre comité qui est convaincu de la nécessité et de la richesse qu’apportent ces rencontres, encourage ses membres à y participer et remercie les participants pour leur enthousiasme.

Comité qui cette année a continué à œuvrer pour une convention avec la fondation a capella pour notre statut de salariées.

Pour le comité de l’ASCI

Véronique Perrin

Mai 2017