Rapport d’activités 2019

À la rentrée scolaire 2018 – 2019, 15 codeuses nouvellement diplômées, nous ont rejoint pour couvrir les demandes en LPC de nos bénéficiaires. Une seizième codeuse, diplômée début mai 2019 va rejoindre notre profession.

Première année de salariat, le comité de l’ASCI continue à travailler avec la Fondation a capella afin de trouver des solutions aux inévitables et nombreux ajustements.

En dehors de notre travail habituel en classe et hors classe, certaines ont organisé différentes manifestations pour faire connaître la LPC.

Le témoignage de fait dans sa classe par Léa Glassey, jeune fille de 15 ans, sourde de naissance, a fortement touché certains de ses camarades par son parcours douloureux. Ils ont donc décidé d’organiser une journée de sensibilisation au cycle d’orientation de Crans-Montana en avril 2018. Différentes activités sur la LPC étaient proposées par Anne Pont et Mary-Luce Délèze. Les élèves organisateurs étaient très satisfaits et fiers d’avoir mis sur pied cet événement. Et comme l’a dit Léa : « les sourds sont capables d’aller à l’école comme les autres ».

En octobre 2018, Salomé Nanni est intervenue dans un séminaire sur le plurilinguisme. Ce séminaire s’adressait à de futurs enseignants du primaire en dernière année à l’université de Genève. Salomé a présenté la LSF et la LPC avec leurs différences et le fonctionnement de la LPC. Elle avait préparé des activités permettant aux participants de s’exercer au code ainsi qu’un document avec quelques recommandations pour accueillir un élève sourd ou malentendant en classe. Cela lui a également permis de présenter notre métier, nos bénéficiaires et leurs spécificités, la collaboration avec les enseignants et les autres professionnels proches du bénéficiaire.

Sandrine Gabriel a organisé un atelier découverte et initiation au code, ouvert à tous, à la bibliothèque municipale de Montricher en mars de cette année. Cet atelier a eu un vif succès et a attiré des enfants et des adultes.

Fin mars, Rachel Weber a participé à Lyon à une rencontre national d’échanges de pratique du code avec l’association de codeuses françaises l’ANCO. Il est toujours très enrichissant de partager avec des codeuses d’autres pays nos pratiques et constations.

Medsigne : pour la quatrième année consécutive une sensibilisation à la LPC a réuni des étudiants des hautes écoles de Santé, pharmacie et médecine au CMU de Genève, en mars dernier. Cela permet de sensibiliser les futurs professionnels à une meilleure communication avec leurs patients sourds ou malentendants et d’acquérir quelques notions de LPC. Marylène Mick Chevallay, Maud Brühlart Marie Beer et Séverine Macey ont animé deux groupes débutants et un groupe avancé.

Villars : l’organisation des week-ends de Villars est désormais genevoise. Ce nouveau team compte sept codeuses-interprètes : Salomé Nanni, Ella Joalland, Laetitia Gallay, Séverine Macey, Sabine Chevallier, Chantal Wasmer et Marylène Mick Chevallay.

On peut le constater, non seulement les codeuses s’impliquent énormément auprès de « leurs » bénéficiaires mais elles répondent à l’appel lorsqu’il faut promouvoir la LPC ou sensibiliser les personnes qui gravitent autour de nos bénéficiaires.

Avril 2019
Pour l’ASCI, Véronique Perrin